Bienvenue sur le blog Cieléo

Bienvenue sur le blog de Cieléo. Découvrez nos conseils sur la récupération d’eau de pluie, les économies d'eau et le traitement naturel de l’eau. Retrouvez les actualités sur l’eau et les offres du moment. Notez dans votre agenda les événements et manifestations qui retiennent notre attention.

Les questions autour de la potabilisation de l'eau de pluie

23 Février 2014 | Par Cieléo | Récupération d'eau de pluie

La potabilisation de l'eau de pluie est l'ultime étape du processus de la récupération d'eau de pluie à usage domestique. Absente du champ des applications prévues par le décret de 2008, elle ne provoque pas à l'étranger la même levée de boucliers que chez nous...

Potabilisation de l'eau de pluie

La potabilisation de l’eau de pluie : pourquoi ?

Bien qu’interdite à l’intérieur de nos frontières, la question de la potabilisation de l’eau de pluie peut se poser pour les habitations non raccordables, de par leur isolement, au réseau d’eau. En effet, pour des logements situés sur des petites iles ou en pleine nature, la seule eau disponible est celle qui tombe du ciel.
De même, l’idée de ne pas vouloir dépendre d’un fournisseur d’eau unique ou de devenir autonome séduit de plus en plus de monde. La flambée du prix de l’eau dans certaines communes et les problèmes de qualité récurrents amplifient ce phénomène.
S’il est vrai que boire de l’eau de pluie sans prendre les mesures nécessaires pour la rendre potable est imprudent, on peut légitimement se demander, pourquoi la potabilisation de l’eau de pluie est autorisée, voire encouragée, dans d’autres pays et pas ici ? Le fait que la métropole ne souffre pas d’un manque d’eau chronique, que nos services de santé soient souvent très frileux et que notre hexagone recense les industriels de l’eau les plus puissants de la planète, sont autant d’éléments de réponse.

La potabilisation de l’eau de pluie : comment ?

C’est d’un bout à l’autre du dispositif que la potabilisation de l’eau de pluie doit être envisagée. En effet, une eau de pluie médiocre dans la citerne sera d’autant plus complexe à potabiliser.
Le préfiltre en amont de la citerne est le premier élément auquel s’intéresser. En effet, plus celui-ci est efficace, moins la formation de dépôt, propice au développement bactérien, compromettra l’opération.
La citerne en béton doit être hermétiquement close afin d’éviter que l’eau stockée ne soit au contact de la lumière, des poussières ou autres particules et des pontes d’insectes. Le fait que le stockage soit enterré limite les écarts de température peu favorables à la qualité de l’eau de pluie.
En amont de la pompe, une filtration supplémentaire composée d’un filtre à sédiments et de charbon actif rend l’eau de pluie utilisable jusqu’à la douche.
A ce niveau, le stérilisateur ultraviolet apporte une stérilisation de l‘eau de pluie par destruction des micro-organismes. Cette stérilisation n’est pas synonyme de potabilisation, puisqu’elle ne modifie en rien les taux de polluants éventuellement présents dans l’eau de pluie.
L’étape de la potabilisation de l’eau de pluie est atteinte au moyen d’une filtration supplémentaire au robinet de la cuisine. Une cartouche à sédiments couplée à du charbon actif compacté (cartouche Hydropure XM par exemple) ou un osmoseur domestique permettent de bénéficier d’une eau de qualité alimentaire.
L’analyse en laboratoire de prélèvements réalisés avant et après l’appareil de potabilisation de l’eau de pluie permet de vérifier la conformité de l’installation.

Régulièrement et rigoureusement entretenus, le système de potabilisation de l’eau de pluie et plus généralement l’installation dans son ensemble permettront aux Robinsons Crusoé de disposer d’une eau naturellement douce, dépourvue de chlore, de nitrates et autres résidus médicamenteux…

Ajouter un commentaire

Veuillez saisir votre nom
Veuillez saisir une adresse mail valide
Veuillez saisir un message

Retrouvez dans la boutique